TOUT SAVOIR SUR L’HEMOGRAMME OU LA NUMERATION FORMULE SANGUINE


La numération formule sanguine ou hémogramme est un examen essentiel qui apporte des renseignements sur les cellules sanguines, sur les processus de défense immunitaire, sur la coagulation sanguine et qui révèle des modifications évocatrices d’un grand nombre de pathologies.

Elle est très souvent prescrite, dans un bilan général, mais aussi dans un bilan de coagulation, bilan d’une infection, bilan pré-opératoire, bilan d’une allergie…

La numération sanguine comprend la numération des globules rouges (ou hématies), des globules blancs (ou leucocytes) et des plaquettes c’est-à-dire le compte du nombre absolu de ces différentes cellules dans un certain volume de sang.

Différents paramètres très utiles au diagnostic d’une anémie sont également mesurés ou calculés : le taux d’hémoglobine, le volume globulaire moyen, (VGM), l’hématocrite, la concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine (CCMH) et la teneur corpusculaire moyenne en hémoglobine (TCMH).

La formule sanguine détermine le pourcentage relatif (et le nombre absolu) des différentes sous-populations de globules blancs : polynucléaires neutrophiles, polynucléaires éosinophiles, polynucléaires basophiles, lymphocytes, monocytes. Elle permet également de retrouver des cellules anormales si elles sont présentes.

Les réticulocytes qui sont des globules rouges jeunes, sont parfois demandés en plus de la NFS, mais jamais isolément.

Le VGM ou les plaquettes peuvent être prescrits isolément ; leur intérêt est détaillé ci-dessous.

Les valeurs « normales » de tous ces paramètres peuvent varier légèrement d’un laboratoire à un autre. Elles diffèrent également chez l’adulte et chez l’enfant selon son âge, et chez l’homme et la femme.

 

La Numération formule sanguine ou NFS – Prélèvement par prise de sang veineux

 

  • Quelles sont les précautions particulières à prendre ?

Il n’est pas obligatoire d’être à jeun pour le prélèvement.

 

  • Comment est interprété le résultat ?

De très nombreux renseignements peuvent être tirés d’une NFS.

En particulier, un taux bas d’hémoglobine fait le diagnostic d’une anémie. A l’inverse, une augmentation du taux d’hémoglobine définit la polyglobulie. Dans les deux cas, les causes sont variées et nécessitent d’analyser d’autres paramètres biologiques.

Une augmentation des globules blancs peut évoquer une infection, une inflammation, voire une hémopathie (« cancer » du sang) ; une baisse des globules blancs fait craindre une altération des défenses immunitaires.

Une augmentation des plaquettes définit une hyperplaquettose (ou thrombocytose) souvent observée au cours de processus inflammatoires ; une baisse des plaquettes (thrombopénie) traduit un risque hémorragique.

Les anomalies de la formule sanguine s’interprètent toujours à partir des nombres absolus (et non des pourcentages). Elles peuvent être qualitatives ou quantitatives.

Les anomalies qualitatives concernent la présence dans le sang de cellules qui ne devraient pas s’y trouver, notamment de globules blancs jeunes, normalement retrouvés seulement dans la moelle osseuse (lieu de fabrication des cellules sanguines). Leur présence reflète le plus souvent une forte activité de la moelle à la suite, par exemple d’une infection, ou bien peut suggérer l’existence d’une hémopathie.

Les anomalies quantitatives sont fréquentes et variées. Par exemple, une augmentation des polynucléaires neutrophiles s’observe essentiellement au cours des infections bactériennes. Une augmentation des polynucléaires éosinophiles évoque une maladie allergique, ou bien une infection par un parasite. L’augmentation des lymphocytes est très souvent observée au cours de maladies virales ; leur diminution reflète un déficit de l’immunité, etc.

 

  1. Les réticulocytes – Prélèvement par prise de sang veineux

Les réticulocytes sont des globules rouges « jeunes », produits en grande quantité par la moelle osseuse lorsque des globules rouges du sang ont été détruits ou éliminés en excès.

La détermination du taux de réticulocytes est utile en cas d’anémie, pour aider à en comprendre le mécanisme et à en identifier, si possible, la cause.

 

  • Quelles sont les précautions particulières à prendre ?

Il n’est pas obligatoire d’être à jeun avant prélèvement.

 

  • Comment sont interprétés les résultats ?

Le taux de réticulocytes permet de classer l’anémie en anémie régénérative lorsqu’il est augmenté (la moelle osseuse produit de nouveaux globules rouges, à la suite par exemple d’une destruction excessive de ceux-ci dans le sang ou d’une hémorragie), ou en anémie arégénérative lorsqu’il est normal ou bas (insuffisance de production des globules rouges par la moelle osseuse). Il aide donc à préciser l’origine de l’anémie.

 

  1. Analyses de la NFS parfois demandées de manière isolée

LE VGM – Prélèvement par prise de sang veineux

Le VGM est un paramètre de la Numération-formule sanguine. Il évalue la taille moyenne des globules rouges. Il est utile au diagnostic causal d’une anémie et est un marqueur d’alcoolisme chronique.

 

Quelles sont les précautions particulières à prendre ?

Il n’est pas obligatoire d’être à jeun pour le prélèvement. Pensez à signaler toute prise médicamenteuse car certains médicaments entraînent l’augmentation du VGM (metformine, colchicine, certains anti-cancéreux…)

 

  • Comment est interprété le résultat ?

Lorsque le VGM est diminué on parle de microcytose et lorsqu’il est augmenté, de macrocytose. Il permet ainsi de classer les anémies en anémies micro- ou macro-cytaires.

Une microcytose est souvent due à une carence en fer ; une macrocytose peut être due à un déficit en vitamine B12 ou en folates (vitamine B9) et est observée en cas d’intoxication alcoolique chronique. Le VGM se normalise lentement (en plusieurs semaines voire plusieurs mois) après un sevrage alcoolique.

 

Les plaquettes – Prélèvement par prise de sang veineux

Les plaquettes sont les cellules sanguines qui assurent l’hémostase, c’est-à-dire l’arrêt d’un saignement quelle qu’en soit son origine.

La numération plaquettaire est habituellement réalisée au cours de la numération formule sanguine (NFS), notamment dans le cadre d’un bilan d’hémostase, d’un bilan pré-opératoire ou d’un bilan général, mais elle peut être demandée isolément, par exemple lors de la surveillance d’un traitement dont un effet secondaire peut être d’abaisser les plaquettes (traitement par héparine en particulier).

 

  • Quelles sont les précautions particulières à prendre ?

Il n’est pas obligatoire d’être à jeun pour le prélèvement. Penser à signaler toute prise médicamenteuse car certains médicaments peuvent entraîner une baisse du nombre des plaquettes (antibiotiques, héparines, aspirine, quinine….). Signalez également si vous êtes enceinte car il n’est pas rare d’observer une diminution modérée des plaquettes chez la femme enceinte, de manière physiologique. Si cette diminution est trop importante, elle peut contre-indiquer une anesthésie péridurale.

 

  • Comment est interprété le résultat ?

Une augmentation des plaquettes définit une hyperplaquettose (ou thrombocytose). Le plus souvent, celle-ci reflète un processus inflammatoire mais peut évoquer, si elle est très importante, une hémopathie maligne (forme de “ cancer ” du sang ”).

Une baisse des plaquettes (thrombopénie) entraîne un risque hémorragique. Elle peut être d’origine virale, auto-immune, secondaire à une prise médicamenteuse, due à une insuffisance de production des plaquettes dans la moelle osseuse ou à un excès de leur destruction dans le sang. Lorsqu’elle est importante, elle peut nécessiter des traitements spécifiques, voire une transfusion de plaquettes.

En cas de traitement par héparine ou par une héparine de bas poids moléculaire (Lovenox®, Fraxiparine®, Fragmine®, Fraxodi®, Innohep®, Inhixa®…), toute baisse importante des plaquettes doit être signalée au médecin. En effet, le médecin décidera le plus souvent d’arrêter le traitement par héparine et, dans certains cas, de le remplacer par un autre médicament anticoagulant.

 

Glossaire

Anémie : diminution au-dessous du niveau normal de l’hémoglobine circulant dans le sang.

 Concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine : contenu en hémoglobine des globules rouges (exprimé en concentration).

Hématocrite : volume occupé par les cellules sanguines dans un volume sanguin donné, exprimé en pourcentage.

Hémostase : ensemble des phénomènes qui permettent d’arrêter une hémorragie (un saignement).

Héparine : traitement anti-coagulant administré par injections intra-veineuses ou sous-cutanées.

Teneur corpusculaire moyenne en hémoglobine : poids moyen d’hémoglobine contenu dans un globule rouge.


FAQ spéciale COVID-19
Centre de dépistage Covid-10 Montreuil
Le Centre de dépistage Covid-19 Montreuil est à votre disposition au 2 rue Jules Ferry à Montreuil, 93100. Nous vous accueillons du lundi au vendredi ...
L’envers du décor des tests pcr avec Ludovik B
Découvrez l'envers du décor des #tests RT #PCR Covid-19. Nous avons ouvert les portes du Centre de #dépistage du 19ème arrondissement et de notre plateau ...